Historique de la commune

Dès la préhistoire, le site, à proximité des rivières, est habité. A l'époque gallo-romaine, à l'emplacement du bourg actuel, le Fiscus Sabarius, Sauvairé, est l'un des établissements fixés par les Romains pour l'arrêt des courriers sur la route de Poitiers à la mer.

Plus tard, sont ajoutés un bureau d'impôts, une justice, une prison et un poste de police. En 980, le comte guillaume IV "Fier à Bras" fait don, à Saint Hilaire de Poitiers, d'une église datant de l'époque mérovingienne et construite, vers 540, à l'emplacement actuel des Halles.

En 989 apparaît le nom de Burgus Hilarius super Altizam, "le bourg Hilaire sur l'Autise".

En 1070, alors que toute la région est sous l'influence des moines de Maillezais et de Nieul sur l'Autise, une convention avec le chapitre de Saint Hilaire de Poitiers, donne aux paroissiens le droit de sépulture et les engage à construire et à entretenir une nouvelle église. Le bourg prend alors le nom de Sanctus Hilarius super Alteziam, Saint Hilaire sur l'Autise.

Bien desservi par route et par voie d'eau, il devient très prospère, tant sur le plan du commerce que sur celui de l'industrie avec l'implantation, dès le Moyen Âge, du tissu du drap, le droguet.

Au XVIe siècle, nombre de tisserands se convertissent au protestantisme et engagent une lutte violente pour la dépossession des moines. Saint Hilaire sur l'Autise est l'un des premiers et des plus importants centres calvinistes de la région.

A l'ouest existe une paroisse voisine, Saint Etienne des Loges, dont l'église est très vétuste. Au cours du XVIIIe siècle, elle est rattachée à Saint Hilaire sur l'Autise.

En 1828, la commune est elle aussi supprimée et, dès lors, Saint Hilaire sur l'Autise forme alors, avec Saint Etienne des Loges, la commune de Saint Hilaire des Loges.

Extrait de "Le Patrimoine de la Vendée" (FLOHIC)

 

propulsé par E-majine